Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

Avec l’arrivée du mois de juin et la fin des gelées, les journées du vigneron se chargent aussi vite que la vigne se développe.

Le soleil de juin accélère la pousse de nouveaux bourgeons, qui deviennent rapidement trop nombreux ; les vignerons commencent donc l’ébourgeonnage de leurs pieds. Cette opération consiste à supprimer certains bourgeons et ainsi obtenir une quantité raisonnable de raisins lors de la récolte. Sans ébourgeonnage, la quantité de raisons récoltée serait trop importante pour pouvoir en préserver la qualité. Coup d’oeil sur le travail de la vigne en juin !

La fin du printemps annonce aussi le début du palissage

La technique du palissage requiert de maintenir en hauteur les rameaux de vigne à l’aide de fils de fer, tenus les uns aux autres au moyen de petits crochets.

Maintenir les rameaux en hauteur guide la vigne vers un développement vertical, laissant de cette façon les feuilles libres d’effectuer au mieux leur photosynthèse. Autre avantage du palissage, le soleil atteint plus facilement le sol et la maturation des futurs raisins en est donc favorisée. Enfin, les traitements s’appliquent plus facilement grâce au palissage.

Le traitements naturel de la vigne

Cette période de l’année est également le moment de réaliser les premiers traitements, antifongiques principalement. La vigne est particulièrement sensible au mildiou et à l’oïdium, aussi appelé « maladie du blanc ». Ces deux maladies de la vigne sont dues à des champignons.

Pour les vignerons en accord avec la culture biologique, les interventions se font toujours avant une période de pluie et les traitements utilisés sont à base de plantes ou d’origine naturelle.

Puisqu’il paraît qu’« un binage vaut trois arrosages », le vigneron poursuit le travail du sol.

Il retire certaines mauvaises herbes afin d’éviter que la terre ne durcisse : plus le sol est souple, plus il retient l’eau. Une terre durcie accélère l’évaporation de l’eau par un phénomène de capillarité et implique donc un arrosage plus fréquent.

Ce travail est aujourd’hui principalement mécanique, le matériel a été perfectionné pour être assez précis et permettre de travailler entre les pieds. Pour les plus jeunes vignes en revanche, jusqu’à trois ans, les vignerons continuent d’aérer manuellement la terre pour éviter de les fragiliser. Voilà vous savez tout ou presque sur le travail de la vigne en juin !

 

Découvrez Covigneron pour tout savoir sur le vin

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte