Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

vin est bouchonné

© idvinmag.com

Le vin est l’un des rares produits, dont on sait qu’il peut parfois être inconsommable même commercialisé.

En effet, toutes les bouteilles utilisant des bouchons de lièges, sont susceptibles d’être bouchonnées, et chaque amateur de vin a, au moins une fois dans sa vie, eu cette mésaventure.

On estime qu’en moyenne, 2% des bouteilles présentes sur le marché sont bouchonnées, mais pourquoi le vin est bouchonné?


L’origine du bouchon de liège


L’utilisation du bouchon de liège pour le vin, est bien loin d’être une invention récente. Cette technique, serait apparu dès le Vème siècle avant J.C, dans la Grèce Antique, à cette époque, ils permettent de boucher les amphores, qui servent à la vinification, et au transport du vin.

Avec la création des tonneaux, le bouchon de liège disparaitra pendant plus de 2000 ans, et ne fera son grand retour qu’au début du XVIIIème siècle, lorsque les bouteilles en verre, permettent une meilleure industrialisation du vin.

C’est à cette époque, que l’on s’aperçoit qu’il permet au vin de se bonifier avec le temps, il devient donc très vite incontournable dans le monde viticole.

Encore maintenant, le bouchon de liège est énormément utilisé, si bien que certaines rumeurs prétendaient que sa production ne suffirait bientôt plus à couvrir la demande mondiale.

Actuellement, le chêne liège, dont l’écorce permet de créer le bouchon, pousse exclusivement dans la zone méditerranéenne, et le Portugal, l’Espagne, et l’Algérie, en sont les principaux fabricants.


Comment éviter de tomber sur une bouteille bouchonnée ?


En tant que consommateur, on prend toujours le risque de tomber sur une bouteille qui soit bouchonnée, cependant, il est possible de s’en rendre compte, avant d’y goûter.

Le premier indice, sera donc l’odeur du vin, s’il est bouchonné, il sentira encore le bois humide.

Si vous avez des doutes sur une bouteille, laissez-là donc aèrera quelques minutes, son odeur s’amplifiera au contact de l’air, et vous donnera la certitude qu’elle est bouchonnée.

D’où vient ce problème ?


Si les producteurs de chêne, les bouchonniers, et les viticulteurs ont tendance à se renvoyer la faute, face à ce problème, il faut savoir qu’au fond aucun d’entre eux n’est réellement responsable.

Le véritable fautif, est en fait un composant chimique : le TCA, de son nom complet, Trichloroanisole !

Cette molécule, est créée par les moisissures présentes dans le bois, lorsqu’elles rentrent en contact avec des composants chlorés. Hors, les bouchons de liège sont au préalable nettoyés avec de l’eau de javel, d’où la présence de chlore.


Quelle solution ?


Pour les bouchonniers et viticulteurs, la meilleure solution, reste le changement des solutions de nettoyage, et éviter tout produit chloré. L’une des techniques encore à l’épreuve, serait celle d’un nettoyage au gaz carbonique.

L’autre solution, est celle de l’utilisation de bouchons synthétiques, qui reprennent la forme et la texture du bouchon traditionnel, mais qui eux ne sont pas condamnables par le TCA. En revanche, avec ce type de bouchon, aucune chance que votre vin se bonifie avec le temps, il gardera son arôme de mise en bouteille.

Découvrez Covigneron pour tout savoir sur le vin

 

Inscription à la newsletter

Suivez toute l’actualité
de COVIGNERON

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte