Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

Adera ©

Depuis 2005, on trouve sur les bouteilles de vin la mention « Contient des sulfites ». Cette mention a été rendue obligatoire suite à la polémique engendrée par l’usage des sulfites et de l’impact qu’ils auraient sur notre santé. Les sulfites dans le vin aux multiples propriétés, notamment antiseptiques, antioxydantes et antioxydasiques sont-il sans risque ?

Les sulfites, un dérivé naturel

Issus du souffre, les sulfites sont naturellement présents presque partout et ce même dans notre corps. On les retrouve notamment dans la constitution de la cystéine et méthionine. Ce sont deux des principaux acides animés composant nos protéines.

Mélangé à d’autres éléments comme l’oxygène, le sodium, le souffre crée ainsi un grand nombre de dérivés regroupé dans la famille des sulfites. Utilisés depuis des siècles pour la fabrication des vin puis dans la quasi totalité des produits alimentaires industriels, ils sont désormais un sujet de questionnement d’un point du vue sanitaire.

L’acide sulfureux dans le vin

Les sulfites dans le vin sont un additif permettant d’éviter que le vin tourne « au vinaigre ». En effet, leurs propriétés empêchent que les bactéries qui altèrent la vinification du raisin puis sa conservation ne se développent.

Ainsi, le sulfite ou acide sulfureux, est un allié de taille voire indispensable dans les phases de fabrication nécessitant un taux d’oxygène nul. Comme par exemple, lors du débourbage ou du soutirage qui interviennent juste après les vendanges. Ou encore avant la mise en bouteille car il à la faculté de consommer l’oxygène.

De plus, le dioxyde de souffre est aussi très efficace pour empêcher l’oxydation des raisins après les vendanges mais aussi lors de la fermentation. Une étape durant laquelle il élimine les bactéries à l’origine de la piqûre acétique. 

Et une fois celle-ci terminée, il protégera sa reprise en préservant le vin des altérations auxquelles il peut être soumis à cause de l’oxygène ou des germes.

Le dioxyde de souffre, un danger potentiel ?

En oenologie, les sulfites n’ont pas encore trouvé de remplaçants, il sont donc encore indispensables. Présent presque partout dans les aliments que nous consommons, il est légitime de se demander s’il y a un danger à en consommer du sulfite.

Pour ce qui est du vin, le raisin lors de sa fermentation en produit naturellement. Cependant la quantité n’étant pas assez élevée, les vignerons sont dans l’obligation d’en ajouter pour obtenir la concentration nécessaire.

Sa consommation ne représente pas de danger majeur. Néanmoins, sa capacité à consommer l’oxygène peut être problématique pour 3 à 10% des personnes souffrant d’asthme ou autres gênes respiratoires.

En revanche, la réglementation en vigueur impose une quantité maximale de sulfites par litres de vin. Ce qui représente une concentration bien inférieure à celle des produits industriels. Et tout particulièrement les fruits secs qui peuvent en avoir deux à dix fois plus qu’un bouteille de vin.

Le vin a donc été pointé du doigts à tord dans cette polémique qui soulève un réel problème de l’industrie agroalimentaire et l’usage intensif de sulfites pour la conservation des denrées.

Inscription à la newsletter

Le champagne, une histoire de bulles

Synonyme de fête et de luxe, le champagne est un alcool pétillant français à la renommée internationale. Aussi connu qu’il est mystérieux, ses bulles sont incontournables. Ce sont justement ces dernières qui nous intéressent. Légères dans le verre,...

Sur la Route des Vins de France

  La France, terre gastronome et vinicole, regorge de paysages à couper le souffle et de vins à ravir les papilles. D’été comme d’automne, les domaines ouvrent leurs portes aux visiteurs afin de partager une dégustation, une vinification ou bien une...

À quelle température boire son vin ?

En tant qu’amateur de vin, vous n’ignorez pas que la température de dégustation du vin selon son type et son âge est primordiale pour un goût optimal. Une bonne température permet de faire ressortir les arômes du vin et ainsi le sublimer. Tout...

Cognac ou Armagnac : quelle différence ?

Le Cognac et l’armagnac sont deux spiritueux issus du terroir français. Très souvent mal distingués, voire confondus, le Cognac et l’Armagnac sont pourtant deux alcools différents qui méritent qu’on s’y intéresse. Histoire, zones d’appellation contrôlées,...

Pénurie de rosé : un phénomène inédit qui touchera la France cet été

Selon le quotidien « Les Échos », la France pourrait faire face pour la première fois à une pénurie de rosé pour cet été 2018. Ce phénomène qui ne s’était jamais produit jusque là s’explique entre autre par la mauvaise récolte de 2017 et une forte demande...

Les sulfites dans le vin : un additif dangereux ?

Depuis 2005, on trouve sur les bouteilles de vin la mention « Contient des sulfites ». Cette mention a été rendue obligatoire suite à la polémique engendrée par l’usage des sulfites et de l’impact qu'ils auraient sur notre santé. Les sulfites dans le vin...

Notre sélection de livres sur le vin et l’oenologie

Amateur de vin depuis toujours, votre passion grandissante pour ce précieux nectar vous pousse néanmoins à en savoir davantage. Vous souhaitez mieux connaître ce que vous dégustez et savoir en parler justement. L’œnologie est un domaine qui requiert un...

Comment les Français choisissent leur vin ?

La gastronomie et le vin font partie de la culture et du patrimoine français. Pas moins de 142 000 viticulteurs exercent sur le territoire, sans compter les innombrables vignerons. On notera que 81% des Français de 18 à 75 ans ont consommé du...

Le collage du vin

Il existe beaucoup de protéines dans le vin Pour les éliminer, on ajoute cuve ou en fut une protéine extérieure. Ce peut-être l'albumine d'oeuf sous forme de blanc d'oeuf frais ou de poudre lyophilisée, la caséine, une protéine du lait, ou encore la...

Le Monbazillac, une AOC pas comme les autres

Le Monbazillac, ce fameux liquoreux a forgé son prestige en traversant le temps. Son vignoble au coeur de celui du Bergerac parcourt cinq communes du Périgord autour de Monbazillac. Grâce à un microclimat qui fait figure d’exception avec ses brumes...

Suivez toute l’actualité
de COVIGNERON

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte

Share This