Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

taille poussard

© Vitis Vini Terra

En France, la mortalité des vignes est surtout causée par des maladies du bois, telles que l’esca, le black dead arm, et l’eutypiose. Ces maladies très complexes, et dont on connaît peu le fonctionnement se sont énormément développés en France, et dans toute l’Europe suite à l’interdiction de l’arsénite de sodium dans les années 2000. Pour contrer ces maladies, tout en respectant les vignobles, la meilleure solution est de s’intéresser à la taille des plaies de bois, véritables portes d’entrée des champignons précurseurs de maladies. De plus, la taille est un facteur sur lequel il est très simple d’agir. Et si certaines tailles actuellement utilisées favorisent un côté esthétique, on se rend rapidement compte qu’une taille de plaie mal choisie perturbe la circulation de sève dans la vigne, et à long terme, crée des nécroses qui finiront par détruire les pieds.

Les principes de la taille Poussard

Appelée aussi Guyot-Poussard, c’est une taille simple, et à deux bras, un avec courson, et un avec baguette et courson sous la baguette. Ce principe permet de pouvoir localiser toutes les plaies de taille du bras. L’un des points importants, est que le premier œil sur le courson soit orienté vers le bas, ou l’extérieur du cep. Cela permet d’éviter l’inversion des flux de sève. Il faut également limiter la dimension des plaies, notamment en ébourgeonnant. En séchant, les plaies occasionnent parfois des nécroses qui finissent par perturber la circulation de la sève, et ainsi favoriser l’hébergement des champignons. En changeant la baguette de direction chaque année, on s’assure que les plaies de tailles se retrouvent toujours sur le dessus, et alignées avec les précédentes. On forme ainsi un « courant de sève », sur la face inférieure du bras. Pour que cela fonctionne parfaitement, le développement du cep doit être pensé et bien défini dès sa formation, afin de lui donner sa forme dès le départ, et ainsi éviter d’entraver les flux de sève. Les jeunes ceps ne devront pas recevoir de plaies de taille mutilante, cela pouvant entrainer une augmentation des risques de maladies.

De bons résultats

Déjà bien répandue en Bourgogne et Val de Loire, cette technique commence à intéresser d’autres vignobles, notamment dans la région Bordelaise, et en Alsace, qui souhaitent en apprendre plus sur cette « nouvelle » méthode, pourtant déjà bien ancienne. En effet, la taille Poussard, tient son origine et son nom d’un ouvrier charentais qui l’a mise au point au début du 20ème siècle. Naturelle, et respectueuse des flux de sève et de la vigne, cette technique permet d’aider les pieds à se défendre contre les maladies, sans pour autant utiliser de produits pouvant être nocifs. Avec cette méthode, on constate rapidement une baisse des vignes malades, mais aussi une amélioration de l’état de celles déjà touchées. Depuis une vingtaine d’années, les viticulteurs utilisant la taille Guyot-Poussard, constatent une baisse des maladies dans leurs vignes, notamment de l’esca.

Découvrez Covigneron pour tout savoir sur le vin

 

Inscription à la newsletter

Suivez toute l’actualité
de COVIGNERON

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte