Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

innondations dans l'Aude

© France 3 Occitanie

L’épisode pluvieux du 15 octobre qui a entraîné des inondations dévastatrices dans l’Aude n’a pas épargné les vignerons. En effet, le vignoble de la région a été détruit à 80%. Bien qu’il soit encore trop tôt pour estimer le coût des dégâts, c’est dans la plus grande désolation que les viticulteurs de l’Aude, essaient de sauver ce qu’il reste de leurs parcelles, parfois encore sous les eaux.

Un vignoble malmené

Depuis quelques temps, le vignoble audois n’a pas été épargné comme en témoigne Franck Saillan, récent installé ce jeune vigneron de Villemoustaussou a perdu pas moins de 70% de ses vignes : « On a été déjà touchés par la grêle, puis par le gel. Cette année le mildiou a impacté pas mal la récolte. Et là maintenant ça, pour les trésoreries c’est vraiment très très compliqué. ». Les vignerons, dépités, tentent comme ils le peuvent de sauver ce qu’il reste, ce qui n’a pas été emporté par les eaux. Stéphanie Ramé, viticultrice issue d’une famille de vignerons, constate que ses 130 hectares ont été ravagés par la rivière sortie de son lit et qui sillonne maintenant sur son terrain. Les stock ont aussi endommagés, « en gros, il y avait 30 000 bouteilles. Il fallait les sortir des cartons, retirer les étiquettes, rhabiller les bouteilles. Ça ne vaut pas le coup financièrement. Il vaut mieux que ça parte à la casse. ».

Néanmoins, certains viticulteurs sont encore impuissants et doivent se contenter de constater les dégâts de loin. En effet, certaines parcelles sont encore inaccessibles, soit parce que l’eau ne s’est pas encore retirée soit parce que les routes ont été détruites par les torrents. 

Plusieurs milliers d’euros de dégâts

Les experts des assurances arpentent déjà les vignobles accessibles pour essayer de chiffrer les dommages. Les vignerons ne se font pas d’illusions, les indemnisations seront longues à arriver.  Frédéric Rouanet, Président des Vignerons audois, estiment pour l’instant qu’un vigneron sur deux a été touché par les inondations et qu’il ne faudra pas moins de quatre longues et fastidieuses années pour reconstruire le vignoble. « Il faut de la solidarité manuelle mais aussi une très grosse solidarité financière parce que les dégâts sont très très lourd. Nous sommes prêts à rebâtir ce vignoble mais nous ne pourrons pas le faire seul. ».

De plus, l’eau qui a envahi les domaines a amené avec elle toute sorte de détritus et de goudron ce qui souillera la terre pour un long moment. Les conséquences ne sont donc pas que liées à la perte quasi totale du vignoble audois, mais aussi à l’incertitude future quant à la qualité des récoltes issues des pieds de vigne plantés après ce cataclysme. Les vignerons sinistrés se serrent donc les coudes pour faire face à cette catastrophe naturelle et peuvent compter sur le soutien des vignerons de l’Hexagone qui se sont manifesté dès l’annonce des pertes.

Il faudra donc aux viticulteurs audois beaucoup de courage, de temps et de soutien pour faire renaître ce vignoble à présent enfoui sous les eaux.

Découvrez le concept Covigneron