Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

Comme toute autre activité, la viticulture a besoin de financement pour pouvoir se développer. On ne s’étonnera donc pas qu’elle fasse également appel au crowdfunding viticole. Ce dernier repose sur le don contre don, il permet aussi bien aux donateurs qu’aux viticulteurs d’y trouver leur compte.

En effet, les premiers trouvent les ressources financières à leurs activités et les seconds se délectent de disposer du meilleur cru pour combler leur amour du vin.

Le crowdfunding viticole, plus une passion qu’un investissement financier

Le crowdfunding viticole donne une odeur et une saveur à l’argent. C’est en tout cas ce qui ressort des propos de Maxime Debure créateur de winefunding.com, plateforme de financement participatif dédiée au vin.

Grâce à cette idée ingénieuse qui s’inspire entre autres de Lendix ou encore de WeSeed, le vin dispose d’un nouveau mode de financement à part qui permet aux viticulteurs de créer, d’acheter dans le foncier, de moderniser leur chaîne de production…

winefunding

winefunding.com

De leur côté, les donateurs s’inscrivent comme étant prêteurs. Certains préfèrent même se poser comme actionnaires. En contrepartie de leur soutien aux projets liés au vin, ils sont gratifiés de dividendes en nature, soit des bouteilles de vin.

Ce partenariat gagnant-gagnant, bien qu’il soit inspiré d’une méthode qui a fait ses preuves, reste tout de même une première. En effet, le schéma instauré par le financement participatif se spécialise et partant, les secteurs comme celui du vin trouvent un nouveau mode de financement qui ne risque pas d’échouer.

Les amoureux du vin s’en donneront à cœur joie, car en plus d’’avoir accès aux productions viticoles, ils font un geste axé sur un secteur qui nourrit leurs intérêts. Ces derniers sont certes essentiellement gustatifs, mais assortis d’une valeur marchande et pourquoi pas, sentimentale.

Une sélection par des experts

Le financement participatif spécialement dédié au vin marche bien puisque depuis ses débuts, Wine Funding peut se targuer d’avoir contribué à la levée de l’équivalent de 500 000 euros dont 90% étaient en numéraire.

Ce montant correspond essentiellement à l’appui qui aura été donné à 5 projets viticoles choisis par un panel d’experts dans le domaine. Parmi eux, on citera Gérard Margeon, Michel Bettane ou encore Stéphane Derenoncourt.

Ainsi, les investissements faits par les donateurs dont certains se chiffrent tout de même à plus de 10 000 euros sont assurés d’être à la hauteur de leur contribution.

FundoVino ou le don contre don

Le crowdfunding viticole vin peut aussi prendre la forme du don contre don tel que pratiqué par Kiss Kiss Bank. C’est en tout cas la manière de procéder pour le cas de FundoVino, une autre plateforme consacrée au financement participatif viticole.

Le processus se distingue par sa simplicité puisque les contributions se font contre quelques bouteilles de vin à titre de remerciement.

Le résultat reste conséquent quoique moins important comparé aux prouesses de Wine Funding étant donné que FundoVino a enregistré 300 000 euros de don destinés à appuyer les activités d’une trentaine de vignerons.

fundovino

Source : fundovino.com

Il convient également de signaler que le crowdfunding du vin connait des contributeurs plus généreux. En effet, les contributions sont en moyenne de 150 euros contre une cinquantaine auprès des plateformes de crowdfunding généralistes.

Ce constat a en tout cas incité FundoVino à opérer prochainement sa conversion vers l’investissement participatif. Et ce, au même titre que son homologue Wine Funding.

Cette décision ne pouvait qu’être prise quand on sait que le potentiel de rentabilité de l’activité est de 4% et ce, sans que les investisseurs prennent aucun risque.

Vers les Groupements Fonciers Viticoles ?

FundiVino se dirige vers les groupements fonciers viticoles et vise à attirer les passionnés de vin. Des professionnels qui ont le portefeuille assez fourni pour adhérer à ces groupements sur une base d’entrée allant de 30 000 à 100 000 euros.

Dans ce schéma, on part du principe que le groupement soit propriétaire foncier et que les viticulteurs se posent comme des prétendants à la location.

Enfin, il ne faut pas oublier que les groupements fonciers viticoles peuvent aussi se constituer de façon solidaire. Ainsi ils concernent également les productions plus modestes de même que les portefeuilles moyens.

Inscription à la newsletter

Suivez toute l’actualité
de COVIGNERON

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte