Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)

 

 

 

Sur la côte-d’or comme partout ailleurs, le covid-19 bouleverse les habitudes et ralenti les programmes. Chez les viticulteurs, l’inquiétude s’installe quant aux vendanges. Les raisins commencent à changer de couleur ; les grains verts prennent peu à peu une couleur rouge violet. Pour que le millésime 2020 soit une réussite, il ne faudrait juste que quelques gouttes de pluie et tout sera réglé. Mais ; le covid-19 : en voici un très grand problème. Quels sont les changements qu’il occasionne chez les viticulteurs ? Comment y pallier ?

 

L’enjeu du Covid-19 pour les viticulteurs de la Côte d’Or

 

Cette année en côte d’or, les vendanges s’annoncent précoces tandis que le risque d’insuffisance du nombre de vendangeurs s’accroît. Selon le président de la CAVB (Confédération des appellations et vignerons de Bourgogne) ; Thiébault Hubert, ce sont environ 40 000 personnes qu’il faut pour réaliser les vendanges en Bourgogne.

Or, sur cet effectif, environ 18 000 vendangeurs sont généralement attendus. Les uns sont des ressortissants de la Pologne ; les autres arrivent de la Bulgarie et des autres coins de l’Europe de l’Est. Mais avec la crise sanitaire, les réalités s’annoncent plus rudes du fait que chaque pays présente une attitude différente par rapport à la pandémie qui sévit. De l’autre côté, les échos d’une probable remise en confinement à l’avenir ne facilite pas non plus les prévisions. Pour s’en sortir, quelle est l’option la plus réaliste, la plus envisageable ?

 

Un appel aux étudiants : une probable porte de sortie

 

Si la météo est du côté des viticulteurs, les vendanges débuteront au mois d’août. En cette même période, les étudiants seront encore en vacances parce que les rentrées universitaires ne seront pas encore effectives. En plus d’aider les viticulteurs à sauver les vignes, les étudiants auront donc la chance de s’occuper et de se faire des sous pour la rentrée prochaine. Lancer un appel aux jeunes étudiants est donc l’option la plus avantageuse qui se présente. Mais comment procéder afin de réussir à atteindre le plus grand nombre d’étudiants ?

 

Les moyens prévus pour atteindre les jeunes étudiants

 

“Si la montagne ne vient pas à vous, allez à la montagne” dit-on ? Pour associer les jeunes étudiants aux vendanges qui s’annoncent, nous comptons nous rapprocher d’eux, par le biais des réseaux sociaux (Instagram, Facebook).

En effet, l’idée est de lancer les avis de recrutement via ce canal très important afin de pouvoir toucher le maximum d’étudiants. Toutefois, les prévisions ne confirment pas que l’appel lancé aux étudiants suffise à rassembler l’effectif nécessaire aux vendanges. Quels autres moyens faudra-t-il user pour rassembler le nombre qu’il faut ?

 

Les autres moyens de recrutement du personnel 

 

Du fait qu’il s’agisse là, d’une période intense qui s’annonce, les viticulteurs ne peuvent pas se permettre de souffrir d’un défaut de personnel. Ainsi, hormis l’option de recrutement des étudiants via les réseaux sociaux, les viticulteurs comptent d’une autre part sur, un noyau de vendangeurs habitués qui revient à chaque saison. Les autres recrutements et annoncent par contre se font déjà via “pôle emploi” et sur “le bon coin”. Les recrutements se font déjà et continuent via les divers canaux jusque-là. Quoique l’idéal serait de composer les équipes de vendangeurs et de les apprêter en ce mois de juillet.

 Maintenant comment réussir à mettre le personnel à l’abri du danger de contamination ?

 

Les mesures prises pour réduire les risques de contagion et de contamination du virus 

 

Les risques de contagion pour un tel projet ne sont ni à négliger, ni à prendre à la légère. Ainsi, l’objectif premier reste celui d’éviter la propagation du coronavirus à tous les coups. Par ailleurs, il faut également noter que depuis le confinement, il n’y a pas eu de cas de maladie ici. Le président de la CAVB rassure également le personnel quant au fait qu’il n’y aura pas de proximité immédiate sur les lieux de travail. Le seul aspect inquiétant serait alors le buzz médiatique que pourrait provoquer les médias même si les viticulteurs n’envisagent aucunement baisser les gardes.

 

Le respect de la distanciation sociale dans les vignes 

 

Dans les vignes, le risque est mineur en ce sens que les vendangeurs ne seront pas en contact immédiat. Ils seront séparés d’abord par les rangs de vigne. Ensuite, les viticulteurs prévoient pour chaque vendangeur ses propres outils ou matériels de travail (un seau et un sécateur)

Les outils leur seront personnellement remis au début des vendanges et seront entièrement nettoyés chaque soir. La distanciation dans les vignes sera respectée et l’effectif de vendangeurs journaliers sera réduit à 30 ou 40 personnes pendant 10 jours. Du gel hydroalcoolique sera mis à la disposition de tous et le respect des mesures barrières se fera de façon très méticuleuse.

 

Le respect de la distanciation pendant le transport

 

Avant toute chose, le président de la confédération des appellations et vignerons de Bourgogne rappelle qu’un guide de respect des mesures barrières pendant les vendanges est en train d’être affiné en collaboration avec les services de l’Etat.

Pour changer de parcelle, la distanciation dans les véhicules sera observée, le port des masques et l’usage des gels, obligatoires.

 

L’observation des mesures barrières pendant le repas

 

À l’instar d’Arnauld Dubreuil, propriétaire récoltant à Savigny-lès- Beaune, d’autres viticulteurs de la côte-d’or prévoient de recourir aux prestataires de services afin d’assurer le respect des mesures barrières. L’objectif est également d’associer au confort des vendangeurs, la sécurité sanitaire. Ainsi, pendant les prises de repas, tout sera mis en œuvre pour assurer à chacun, protection et bien-être.

 

L’observation des meures barrières dans les logements

 

 
Le logement fait parti des principaux points noirs pour ce faire, les aménagements y sont prévus de sorte à mettre les vendangeurs à l’abri du danger. Habituellement, c’est soit 3 où 4 saisonniers qui sont hébergés par chambre. Mais compte tenu de l’état sanitaire actuel, le nombre par chambre sera réduit à 2 afin de garantir un espace plus grand entre chaque vendangeur ; la priorité étant le strict respect des mesures barrières. Quant aux autres vendangeurs, ils devront se loger eux-mêmes, chez des connaissances ou au camping municipal.

 

 
Conclusion

 

Les risques sont grands, mais si l’on ne fait rien, et bien les pertes seront également énormes et ceci, à tous les niveaux. Ainsi, pour cette saison, les viticulteurs de la côte-d’or mettent tout en œuvre pour séduire les étudiants et protéger l’ensemble des vendangeurs. Inscrivez-vous, faites l’expérience. Vous passerez peut-être une superbe aventure !

 

Pour en savoir plus

 

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte