Tél : 0820 690 159 (0.20€ TTC la minute)
brigade verte Alsace

© lalsace.fr

En ce mois de septembre, la brigade verte alsacienne veille aux grains. En effet, en période de vendanges, les vignobles doivent être préservés des vols et autres incivilités en tous genres. À cheval, la brigade verte arpente les parcelles, parfois abruptes, pour assurer la surveillance, sensibiliser les visiteurs mais aussi dissuader ceux mal intentionnés.

La brigade verte, une réponse aux incivilités

La brigade verte est présente dans 328 communes. Fondée en 1989 en réponse à la hausse des incivilités, sa fonction va de la lutte contre les décharges sauvages à la surveillances de domaines forestiers. Son rôle permet au municipalité d’assurer la propreté et la sureté des espaces verts publics mais aussi privés comme c’est le cas des vignobles.

Dans le Haut-Rhin, on ne dénombre pas moins de 63 gardes-champêtres dont 16 patrouillant à cheval. En effet, ce mode de déplacement permet à ses membres de parcourir de longues distances tout en accédant à « des endroits où les véhicules ne peuvent pas se rendre » comme le témoigne Nicolas Krust, cavalier de la brigade du Haut-Rhin.

Accompagné par son binôme Daniel Dagon ainsi que par Seigneur et Jason qui ne sont autre que leur monture, cette équipe soucieuse de l’environnement et de son respect, peuvent faire jusqu’à 40 km par jour. Défenseurs assumés de l’environnement et des règles de bonnes conduites, ces gardiens de la paix d’un nouveau genre ont la responsabilité d’assurer la sécurité sur de vastes superficies.

Un nombre croissant de délit

Aux alentours de Soultz, la brigade veille à ce que à la fin des vendanges se déroule sans problème. Bien que le crémant d’Alsace ait déjà été récolté, d’autres cépages doivent encore patienter. Bien loin des vols en grande quantité, quelques grappes suffisent pour que ce soit considéré comme un délit. Une personne pris en train de se servir sans autorisation s’expose ainsi à une amende pouvant aller jusqu’à 500 euros.

Cependant, ce type de flagrant délit est rare, moins de 3 par an. Leur travail consiste donc plus à de la sensibilisation et à créer une présence dissuasive. Comme le affirme Roland Martin, maire de Wuenheim, la commune limitrophe : « Depuis plusieurs années déjà, on n’a plus trop de problème de vol. C’est lié à la présence des brigades vertes. ».

Au delà de l’aspect écologique et préventif, les brigades vertes s’assurent que l’arrêté interdisant la circulation et le stationnement sur les chemins desservant les vignobles soit bien respecté. Effectivement, seuls les vignerons y sont autorisés. Ce travail représente en moyenne 75 contraventions annuelles. Véronique Zimpfer, viticultrice locale, se réjouie de leur présence et assure avoir vu toutes sortes d’incivilités sur ses terres : de l’arrachage de feuilles à l’abandon de seringues usagés, la présence des brigades vertes rassure ainsi tous les exploitants de la région.

Découvrez le concept Covigneron

 

Je m'inscris à la newsletter de Covigneron

Merci, votre inscription a bien été prise en compte